Les randos de Roger

Tout sur mes aventures de plein air

06-30 – Abri Craggy

06-30 – Abri Craggy

Lac du Gros -Ruisseau au petit matin

Partager:

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Ce matin, très nuageux, tout est mouillé, il y a de la gadoue,dans le sentier pour aller dans la toilette qui pue (sans commentaire). Depuis 4 heures du matin que la lumière du jour rentre dans l’abri, il m’est impossible de dormir donc,  j’ai fait le ménage de mes affaires et j’ai écrit dans mon journal. L’ambiance, à travers la fenêtre de plastique, est mystérieuse, voire surréaliste; ce brouillard et cette luminosité, me font rêver, tout en sirotant mon nouveau café instantané. Oui, oui, je sais Michel, c’est un sacrilège gastronomique, mais c’est tellement plus pratique en rando.

Les hautes fougères gorgées d’eau, mouillent rapidement mes bottes et mon pantalon, je suis bien content d’ avoir enfilé des plastiques au-dessus de mes bas, dans mes bottes. 

Aujourd’hui, journée très impressionnante, m’avait prévenu Louise, rien à voir avec la petite bière d’avant le Lac Matane.

De la vrai montagne !

Grosses montées et grosses descentes, je les enfile les unes après les autres, c’est difficile pour les jambes, les mollets et les genoux, tout me semble être 2 fois plus gros qu’à la normale.

J’ai croisé une couleuvre, des crapeaux, une gélinotte, une perdrix et d’autres oiseaux, mais toujours pas de nounours ou d’orignaux.

Le Mont pointu est très escarpé, mais la vue à 360° est sublime!

L’arrêtCraggy, juste magnifique, vue sur toute la vallée Nord jusqu’à la mer.

Je me repose un peu plus en chemin, moins de kilométrage, j’en profite pour faire respirer mes pieds, prendre des photos et manger mes petites collations.

J’ai retrouvé Louise, comme prévu au campement Craggy; on a jasé en mangeant, très bon échange.

Les.derniers rayons de soleil donnaient des teintes jaunâtres aux plantes, c’était super bien pour finir une journée éprouvante. Je me suis massé les jambes avec mes bâtons de marche, un supplice, c’est partout que ça fait mal, mais il faut souffrir pour être beau, me disait ma mère!

Roger

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ma page Facebook

D'autres articles

Suivez mes aventures​

Autres articles